Rassurez-vous, ce jeu de mots qui vous ferait regretter vos blagues de repas de famille n'était pas supposé vous arracher un sourire. Si c'est le cas, j'ai le pénible devoir de vous apprendre que votre sens de l'humour est à peu près au même niveau que celui de l'auteur de ce blog et/ou de sa créature. Et que la sélection naturelle a pas fait son boulot.

Je suis actuellement en bouclage du tome 6 - ce qui explique l'assez long silence sur le blog - et parce que le destin est au moins autant une pute que mon imagination, et qu'on ne change pas une équipe qui gagne, il n'a pas été une sinécure à plier. Je ne vous donnerai pas de détails mais après trois changements de titre, une couverture recommencée x fois, un ancien chapitre à remanier quasi intégralement (il y avait Jun dedans, je ne devrais pas être surpris) et un planning qui a décidé de tout faire tomber au même moment, je pense sérieusement m'envoyer quelques litres de champagne et une meute de strip-teaseurs une fois que j'aurais terminé. Avec le fric indécent gagné grâce à mon boulot de feignasse, bien entendu, le vôtre, quoi.

En attendant, voici une preview de la couverture

Le livre couvrira les post de Décembre 2012 à Juin 2013 et comptera dans les 260 pages, comportera deux chapitres bonus - dont un ne sera pas de Satoru. J'aimerai essayer de vous proposer un peu plus souvent d'autres points de vue dans les bonus, de Gekkô, Shinkin, Kokuen, Jun... cela m'a été demandé à plusieurs reprises, je tâcherai donc d'y répondre (vous me payez ma gnôle, je vous dois bien ça).

Ceci étant, je profite d'avoir ce post inintéressant informatif pour vous parler de la prochaine convention, à savoir, Japan Expo.

 

Où ?

À Villepinte, au parc des expositions, je laisse le plan et l'itinéraire ci-dessous vous renseigner un peu mieux que moi sur l'emplacement du stand, qui se trouvera dans le HALL 6 du salon.

 

Comme je sais que chaque année ça râle que je suis "difficile à trouver", sachez que la direction de Japan expo m'a refusé d'indiquer la route en plantant des têtes de free huggers sur les cloisons. Donc arrêtez de m'emmerder avec ça, j'y peux rien. Plantez-les vous même, sinon.

 

Quand ?

Du 7 au 10 Juillet. Pour celles et ceux qui n'ont pas pratiqué le parc des expositions (ha, ha, ha...) ou les transports parisiens (HA, HA, HA, HA...) en cette saison, prévoyez de l'eau, de bonnes chaussures et quelqu'un à tuer pour passer vos nerfs. Je vous signale aussi que Japan Expo a prévu des mesures plutôt drastiques de sécurité concernant ce que vous pouvez emmener avec vous (cliquez sur le lien pour apprendre pourquoi une bouteille d'evian fait de vous un dangereux terroriste).

 

Comment ?

Je rappelle chaque année que l'auteur peut être un animal méchant quand le lecteur devient un animal chiant (de toute façon je vous interdis d'être chiant(e) avec moi, c'est mon monopole. Et je suis comme Satoru, mon monopole j'aime pas y trouver les pieds des autres dedans.). Voici donc les quelques commandements pour que tout se passe au mieux

 

Ta monnaie tu prévoieras

La majeure partie des tomes de Ka-ku-ren-bô sont à 12€. Donc le billet de 50€, soyez des choupinours et gardez-les pour les stands pros ou ceux de bouffe (ça devrait vous payer un demi-repas, à Japex...) plutôt que pour les auteurs indépendants. Sauf si on peut garder la monnaie.

 

Les allées de ta présence tu déblaieras

Si je ne mets absolument pas en doute que votre fessier soit la plus belle chose que la génétique ait donné - votre maman arrête pas de le dire et votre proctologue aussi - soyez sympa, quand vous papotez avec vos potes ne venez pas nous le coller devant le stand. Vous emmerdez les visiteurs qui aimeraient approcher, l'auteur qui aimerait interagir avec eux et vous pourriez fort bien récolter un coup de dents d'un exposant excédé dedans. Or, tous les auteurs ne se font pas vacciner.

 

Parler - fort et distinctement - tu n'oublieras pas.

Moi, ce qui me fascine c'est que vous subissez le RER, le prix de Japan expo, sa climatisation allant du froid polaire au souffle tiède de ventilo sur la fin, les free hugs, les cosplay en bricolage de MJC et... vous ne parlez pas. Je vous jure, les auteurs ne vous boufferont pas. Je sais que le cliché de l'auteur qui crève la dalle a la vie dure mais - malgré tout ce que vous dit votre maman - vous n'êtes pas apétissant(e). Donc, OUI, vous pouvez discuter. C'est autorisé. Voire apprécié. Il y a un cœur humain qui bat derrière les cernes et la gueule de pitbull mal réveillé. Vraiment.

PS : Demandez quand même à combien de café en est l'auteur. Personellement, avant le troisième, je peux être d'un humour chafouin.

 

Mais raconter ta vie tu te permettras pas

Quand je vous encourage à parler, ne prenez pas ça comme une invitation à débattre deux heures du bien-fondé d'adopter un mange-crasse pour votre intérieur non plus. Bien sûr le sujet ne mérite pas moins mais la personne qui attend derrière vous en menaçant de mordre la table souhaite peut-être en aborder un tout aussi passionnant.

 

La mémoire de yôkai bourré de l'auteur tu pardonneras

Je vous redemanderai vos noms pour les dédicaces, même si vous me suivez depuis six ans, même si vous connaissez par cœur certains post, même si vous étiez là à chaque convention, même si vous me suivez en secret jusqu'à mon appartement. Pas parce que je m'en fous ou que je vous méprise du plus profond de mon être. Je vais très probablement vous reconnaître mais je n'aurai pas mémorisé votre prénom/pseudo. Oui, je suis capable de retenir plus de deux cent noms de yôkai improbable mais pas que vous vous appellez Nathalie/Cyril/Ophélie/Aurélien/Choupineko978. Désolé, mes neurones sont de fabrication française : fait pour durer mais câblés en dépit du bon sens.

 

Voilà, j'ai fait le tour, je crois.

 

Sur ce , je vous laisse et je retourne travailler. Le blog revient dès que possible ! Satoru vous embrasse.

 

Subaru-D, éternel retardé.

Retour à l'accueil