http://farm9.staticflickr.com/8164/7557431422_8921708317_b.jpg

 

 

Après avoir zigzagué entre les allées, vous être perdu trois fois, avoir consulté le plan six fois sans être plus avancé et vous être mis en quête d’un des porteurs de veste rouge frappé du mot « STAFF », vous arrivez enfin devant la table, le saint-graal, que vous avez payé un bras d’enfant et vous larguez avec l’élégance de l’éboueur au petit matin tout votre bordel au sol.


Ensuite, après avoir constaté que vous aviez oublié l’eau/la bouffe/le scotch/les étiquettes de prix/les boules quiès/votre dose de cocaï caféine, vous finissez enfin d’installer le stand, vous avez d'ailleurs fait mieux que les années précédentes, les visiteurs ne sont rentrés que depuis deux heures.

Premier café de la journée (Oui, vous êtes parti à la bourre, donc le café du réveil vous vous l’êtes collé derrière l’oreille). Enfin, vous vous apprêtez à poser votre auguste postérieur sur la chaise avec un soupir de soulagement quand s’avance le premier visiteur.


Enfin visiteur…est-ce que c’est seulement humain ? On croirait plutôt un dessert à base de crème pâtissière (qui aurait tourné), surmonté d’une espèce de décoration arc-en-ciel. Ha oui, c’est humain : une lolita, tout va bien. Elle minaude et vous vous demandez si c’est un message subliminal dans lequel elle vous demande de bien vouloir mettre fin à ses souffrances. Après une communication pénible, il semble qu’elle cherche un stand attirant les créatures de son espèce. Vous vendez des trucs de yôkai et de monstres mais vous vous sentez tout de même obligé de préciser que non vous n'en savez foutrement rien. Elle repart, laissant derrière elle un effluve de fraise – façon Harpic fraîcheur des bois.


Deuxième café, la journée va être longue.


Une odeur acide vient alors troubler la quiétude de votre sirotage et vous levez les yeux pour vous apercevoir qu’un sans abri muni d’un petit carton stabilosé vous a manifestement suivi depuis l’entrée.  Après examen plus approfondi, fausse alerte : il s’agit juste d’un otaku en nage brandissant un « free hug » sur un reste d’emballage de pizza.


Puis défilent les moitiés de cosplay…Mais si, vous savez, ces gens qui achètent un accessoire d’un des persos de Naruto/Bleach/ Black Butler dans les stands pro, se le collent sur la tronche et déambulent avec l’impression d’être originaux. Si vous vendiez de la personnalité, vous seriez milliardaire, malheureusement vous ne vendez que vos bouquins débiles. Troisième café, que vous renversez quand un boucan digne d’une boîte disco pour malentendants explose deux rangs derrière vous. Putain, les stands jeux vidéos maintenant…Plutôt que le café, vous allez tourner à la vodka, tiens.


Quatre piaillements plus tard, vous voyez passer une horde de yaoistes – si elles sont majeures, c’est récent – qui gloussent en regardant votre personnage torse poil. Ouais bon, la vodka ça fait tapette, alcool à brûler, plutôt.


Ho un pikachu…enfin un pikachu : 1m80 pour plus de 100 kilos, un costume en feutrine bon marché, trop court qui laisse voir des chaussettes et des tennis probablement pas à leur premier jour…


Et puis arrive votre premier vrai lecteur : une lectrice, d'ailleurs, une jeune fille souriante, qui vous dit bonjour, vous explique qu’elle adore vous lire et qu’elle est contente de vous voir. Et c'est vrai, elle a l’air sincèrement contente d’être là. Pas de dentelle cheap, pas de masque made in china, pas de gloussements.


Et vous vous sentez bien, vous vous sentez à votre place.


Je remercie cette première visiteuse et toutes celles et ceux qui ont suivi. Vous avez accompli un tour de force, me réconcilier quelques temps avec le genre humain et vu mon caractère pourri, c’est pas rien croyez-moi.


Plus sérieusement, Japan Expo s’est bien passé malgré un stand difficile à trouver semble-t-il (merci aux fils de péripatéticienne de l’orga de nous avoir collé au fond du comicon) et un boucan à rendre sourd qui rendait la communication pas évidente (re-merci de nous avoir collé près des jeux vidéos, si un membre de japex lit ça, je lui souhaite une mort violente impliquant un ex-catcheur poids lourd et une batte de base-ball) mais personnellement le constat est plutôt positif. J’ai failli me retrouver en rade de tome 2, je suis donc une buse qui va apprendre à gérer ses stocks et j’ai constaté que les chibi avaient plu. Les goodies étaient plus là pour agrémenter le stand et j’avais un peu peur qu’ils soient les seules à partir, je suis soulagé. Je crois n’avoir mordu personne (ou alors je m’en souviens plus) et j’espère que le contact avec moi a répondu à vos attentes, j’avoue que je ne suis pas des masses  à l’aise face aux gens, j’essaie d’être le plus agréable possible…Enfin le moins désagréable, surtout. Ce sont toujours des moments assez courts, finalement – c'est le problème de ce genre de conv' mais j'ai fait de mon mieux malgré mon cerveau en train de fondre à cause du bruit et de la fatigue.


Merci –pêle-mêle – à Marie, Laurie, Fanny, Emmanuelle, Rek, Yris, Leolilo… J’en oublie sans aucun doute d’être passé( e)s sur le stand et je vous dis sans doute à l’année prochaine. D’ici là, prochaine convention à Lyon en Octobre pour la yaoi conv’.


Semaine prochaine, Satoru reprend la main, il a une histoire avec des tengu dedans, paraît-il. Bonne semaine à tous, je m'en vais faire des bulles dans mon oreiller !

Retour à l'accueil