sat_post-copie-9.jpg

 

J'ai la pédagogie d'une limande.

Pas celle qui frétille dans la nacelle, plutôt celle qu'on a laissée exposée au soleil. Et encore, je ne m'étonnerais pas qu'on me taxe de cruauté avec les limandes.

Les sages disent qu'il est bon de connaître ses limites, les arts pour lesquels on n'a aucunes affinités. Dommage que dans mon cas, l'enseignement ne soit pas vraiment optionnel.

L'onmyôji étant comme le thon rouge menacé d'extinction, je suis bien obligé de transmettre mon savoir aux rares personnes capables de me relever une fois que je me serais fait éventrer par un yôkai et empailler pour la postérité.

Enfin, je veux dire, quand j'aurais pris une retraite bien méritée (mais empaillé, donc).

Hier, j'avais rendez-vous avec la "jeune génération", trois gamins de moins de dix ans supposés apprendre l'onmyôjitsu avec moi. Trois fois par mois, autant dire que c'est totalement idiot : la voie du yin et du yang c'est pas du macramé, on ne pratique pas ça le soir après 17h pour se distraire, je devrais suivre ces mômes en permanence, leur tomber sur le paletot au moindre écart, m'assurer qu'ils récitent parfaitement leurs mantras chaque jour...en un mot les saquer.

Pas que l'idée me fasse baver d'envie - je ne suis pas un sadique - mais c'est malheureusement le meilleur moyen d'être efficace.

J'avoue que la journée d'hier a été particulièrement dure, mes élèves étant à peu près aussi concentrés qu'une portée de bébé chat dans une crèmerie.

***
"Ayane, si tu ne la fermes pas, on reprend l'entraînement !!!!"

Ça ne fait jamais que trois fois que je lui promets de refaire des échauffements et un combat contre moi si elle n'arrête pas de jacasser. A neuf ans, autant dire que de pratiquer les arts martiaux contre un maître de vingt-trois piges revient à se faire foutre par terre après un vol plané des plus gracieux. Elle pince les lèvres mais accepte enfin de faire silence. A côté d'elle,
Tetsuo - "quatre yeux" - le gamin au physique le plus ingrat qu'il m'ait été donné de voir essaye de tracer le signe "om" sur son fuda en tirant la langue.

Pour l'instant, il est surtout en train de repeindre la table à l'encre.

Quant à Shinkin, mon adorable petite cousine, elle chipote le mochi que j'ai fini par accepter de lui donner après trois "oncle Satoru, j'ai faim, j'arrive pas à me concentrer.".

"Bon, on reprend le mantra de base." Je souffle en me faisant craquer les articulations pour me détendre "Ayane, quand je te dis de la fermer, c'est valable aussi pour les chuchotements ! Laisse
Tetsuo travailler ou je t'agrafe la langue au palais !"

"Vous avez pas le droit, sinon ça va saigner et s'infecter et...."

"Et tu mourras étouffée dans ton sang, oui." Je complète avec un sourire de piranha avant de me lever et de me planter devant elle "Combien de fois je vais devoir répéter qu'on dit "Kondo-sama" quand on me parle, Ayane ?"

J'ai horreur qu'on m'appelle comme ça mais si je ne les oblige pas à un minimum de déférence, adieu ma vague sensation d'autorité. Qui plus est je suis pour le respect, merde à la fin, je ne suis pas la baby-sitter !

"Kondo-sama, Shinkin, elle, elle vous parle jamais comme ça !" Intervient
Tetsuo, cessant quelques secondes de se pourrir les doigts d'encre.

"Je suis pas un fayot !" Proteste Shinkin.

Reste calme, Satoru... Je frappe la table du plat de la main, les faisant sursauter tous les trois.

"Le mantra de base. J'attends. Celui qui l'écorche a droit à vingt minutes de combat singulier contre moi. Allez."

Shinkin commence, répétant le mantra d'appel (celui qui sert à invoquer un shikigami, un esprit serviteur). Facile, elle le connaît par cœur, je sais que ce n'est pas avec elle que le problème va se poser. A la fin, un gros silence s'installe et je pianote sur la table.

"
Tetsuo, je peux savoir ce que tu attends ?"

"Je peux y aller, Kondo-sama ?"

Mais non voyons, je propose qu'on s'envoie une petite bière d'abord et je vais m'appeler une hôtesse pour un massage aussi, histoire de me détendre.

" Oui, tu peux y aller." Avant que je ne te noie dans la flaque d'encre que tu es en train d'élargir, bordel, tu ferais mieux de me cracher ce foutu mantra.

Il l'écorche trois fois et voyant mon regard qui lui promet tout ce que la médecine peut compter de sévices corporels potentiels, bafouille sur la dernière partie. Au moins, à lui, je fais peur. Sauf que ça le bloque complètement, super.

"Recommence. Lentement. Articule et cesse de jouer avec ce pinceau."

"T'es nul,
Tetsuo, t'arrivera jamais à appeler un shiki comme ça !"

Ayane, bien sûr, la mini-future castratrice qui se réjouit de voir son petit camarade pédaler dans la mélasse. Sans crier gare, je lui colle un fuda sur la bouche et lui paralyse toute la mâchoire d'une petite incantation rapide.

"On reprend,
Tetsuo." Je souffle en ignorant le regard furieux de la gamine "Ayane, si tu essaie de décoller ce truc sans aucune incantation, tu vas avoir du mal à manger pendant une semaine."

Je m'oblige à sourire et il parvient à faire un quasi-sans-faute, même si son "Om" manque un peu de souffle.

"C'était bien, Kondo-sama ?"

"Disons que ton shiki ne t'explosera pas à la figure, ce qui est un bon point. Ayane..."

Lâchant un mantra presque dédaigneux, je la libère et lève un doigt vers elle.

"Je ne veux entendre QUE le mantra d'appel franchir tes dents ou je recommence, vu ?"

Miracle, elle s'exécute ! Et sans un couac ! Lorsqu'elle a terminé, je lui fais un simple mouvement de tête et elle se renfrogne sans commentaires.

"Bien. Comme visiblement vous manquez tous les trois de concentration...méditation. Je veux vous voir face à moi, sur le tatami."

Un joyeux mélange de "ho non, pfffff" montent des trois marmots et je me raidis en entendant distinctement un "fais chier". Et il ne vient pas d'Ayane, celui-là...

"Shinkin..."

Je tente un regard "Maître des ténèbres" à ma cousine, qui baisse prudemment le sien.

"Répètes ça ?"

Silence.

"Répète !"

"Mais oncle Satoru, tu le dis tout le temps..." Marmonne Shinkin, pulvérisant mon effet "maître des ténèbres" de manière quasi instantanée. Quand je pense que je surveille mon langage devant eux...elle a dû m'entendre dire ça à la maison....

"On a le droit de dire ça quand on est maître, Kondo-sama ?" Demande
Tetsuo, qui a un regard de noyé derrière ses verres à double focale "C'est pas mal élevé ?"

"En position sur le tatami tous les trois. En silence." Je siffle en les regardant tour à tour. Une fois qu'ils sont agenouillés, je passe derrière eux, leur redresse le dos, la nuque, répète trois fois à
Tetsuo qu'il doit se détendre et que la méditation ne sert à rien si on a la souplesse d'un manche de pioche. Puis, je m'installe face à eux, inspire à fond tandis qu'ils m'imitent.

"Faites le vide...vous devez vous caler sur moi. Ayane, concentre-toi, tu dois faire le vide !"

Cette gamine a un paquet de dynamite à la place des organes internes, c'est pas possible. Comment suis-je supposé faire un onmyôji posé, maître de lui-même avec une punaise hyperactive incapable de rester simplement les yeux fermés plus de dix secondes ?

"Kondo-sama."

Tetsuo, le retour. Excédé, j'ouvre un œil.

"Si tu n'es pas en train d'agoniser sur le tatami, il vaudrait mieux pour t..."

Sans agoniser, le petit a du sang qui lui coule des yeux. Je me lève d'un bond alors qu'il se met à pleurer qu'il ne veut pas que je lui agrafe quoi que ce soit et lui essuie la figure avec un mouchoir, tant bien que mal. Ayane se marre et Shinkin souffle sans s'arrêter en marmonnant que c'est pas drôle. En fait je me dis qu'en les jetant tous au fond de la rivière Sumida, je tuerais à coup sûr l'héritage spirituel onmyôji de ce pays.

"Tu as gardé ton fuda avec toi ?" Je grogne, faisant référence à l'horreur qu'il essayait de tracer il y a dix minutes

"C'était pour le finir chez moi, Kondo-sama."

"On ne garde JAMAIS aucun artefact magique inachevé sur soi!!!! Surtout quand il est écrit avec les pieds !!! Tu veux te lever demain matin et retrouver tes dents sur ta couette ????"

Ça y est, cette fois, je crie. Stupeur, tremblements et rupture d'anévrisme.
Tetsuo pleure de plus belle, ses verres cul de bouteille rougis de sang alors que je retire le fuda fautif de la manche de son kimono et l'embrase d'un mantra. C'est foutu pour la méditation, je ferais mieux de ramener quatre-yeux chez lui avant qu'il ne me foute du sang partout. Je pourris Ayane qui rigole à s'en rouler par terre en lui disant qu'un onmyôji n'a pas à se réjouir de la souffrance de l'autre mais que putain, s'il le faut, JE me réjouirais de la SIENNE.

"Oncle Satoru, tu as dit "putain"."

Ils ont un entraînement sur le terrain à la fin du mois prochain, les yôkai ont encore de beaux jours devant eux...

 

________________________________________

 

Je profite de mon post hebdomadaire pour signaler que j'ai créé une nouvelle page (accessible dans la colonne de droite), l'onmyôjipédia. Comme j'utilise fréquemment des termes techniques, je me suis dit qu'un petit glossaire ne serait pas superflu. Il est encore incomplet, je le mettrai à jour quand j'aurais le temps. Bonne semaine à tous, faites tous de votre mieux.

 

_____________________________________

 

Source de l'image :  http://www.flickr.com/photos/persocom/3926717744/

Retour à l'accueil