Je ne suis pas encore retourné là où Reiko a été assassinée (apparemment par moi -lisez ici si vous avez raté le début) : je récupère lentement et une semaine de sevrage quand on vous a administré un shoot pour rhinocéros, c’est fendard comme une coloscopie pratiquée par une équipe de rugby. Donc, je végète en attendant que mon cerveau retrouve toutes ses pièces, ce qui prend un peu trop de temps à mon goût. Quand tout Tokyo vous étiquette en “assassin sanguinaire et instable”, glander à la maison énerve un chouia.

Pourtant j’ai tort de penser que le monde entier m’en veut (on va dire qu’un microcosme m’en veut et le reste ne sait même pas que j’existe et s’en tape un peu, fatalement) : ce matin, en me levant, j’ai trouvé un pli coincé sous ma porte, porteur d’un simple tampon que j’ai reconnu comme étant celui d’une famille kitsune. Le bon sens aurait voulu que je le brûle, étant donné la nature de mes rapports avec eux mais rien de suspect ne s’en dégageait. Alors j’ai ouvert.

Il y avait trois feuilles - deux de papier de riz (et je reconnais bien là certains clans kitsune...Chez eux, les ramettes de papier A4 des grandes surfaces, c’est un truc pour les cuistres, et les stylos feutre sont un sacrilège) et une troisième, pliée, où un pinceau à la calligraphie impeccable avait écrit :

“ Merci d'être là. Pour nous, mais aussi pour tous ceux qui n'ont plus de voix.
Mais n'oubliez pas que vos efforts d'équilibre vous feront perdre le votre.
N'oubliez jamais ce que vous devez aux autres lorsque vous jugez de votre valeur.
M. “

Et sur les feuilles de papier de riz, il y avait ça :

 

http://farm7.static.flickr.com/6104/6322964020_ba0341eecd_b.jpg

http://farm7.static.flickr.com/6049/6322965146_e8b90a9005_b.jpg


Officiellement, les kitsune me voient comme un petit bâtard au service des humains (je ne relève pas, me détester est plus une obligation de clan qu’un réel sentiment à mon endroit), je comprends donc que ce genre de manifestation amicale soit faite “à couvert”. Il est probable que je ne saurais jamais qui est ce ou cette M. .

Le remerciement sera donc public, faute de mieux. Je veux bien parier que même les plus traditionalistes des renards ne peuvent résister à la tentation d’aller fouiner sur le net.

Retour à l'accueil