http://farm8.staticflickr.com/7407/9813486446_d65dd30e18_c.jpg

 

 

Quand sait-on que son autorité est menacée ?

 

Quand votre cousine - gamine dont vous avez la charge - monte un pari avec le démon mange-crasse et le kitsune qui vous empoisonnent l’existence ?

 

Quand ce même pari concerne la nature d’une consultation vétérinaire - bien qu’il n’y ait pas eu de changement de dimension et que vous soyez toujours exorciste jusqu’à nouvel ordre ?

 

Quand pour ce pari, votre cousine - dont-vous-avez-la-charge- vient vous taper de trois mille yen ?

 

Rien de tout ça.

 

Votre autorité est clairement mal lorsqu’au moment de sortir les trois mille yen, vous en rajoutez cinq mille et vous dites à votre cousine de parier pour vous.

 

Je pense que c’est un bon point de non-retour, à vrai dire.

 

On peut également considérer que le coup de semonce c’est lorsque vous perdez votre pari.

 

Et que c’est le mange-crasse qui gagne.

 

***

 

“Ca peut être qu’un yôkai. Un tanuki, non ?”

 

Shinkin trépigne dans le salon depuis le début de l’après-midi, bien que la cliente ait pris rendez-vous pour seize heures. J’essaie d’ignorer son bordel avec un succès tout relatif en révisant mon dernier cours d’informatique - qui consiste à tuer le cinéma et l’industrie de la musique tout en faisant des économies substantielles.

 

“Et toi, t’as parié sur quoi ?” S’enquiert-elle en se vautrant sur mon dos, une habitude qui me permet de dépenser les économies susdites chez la kiné.

 

“Que je ne t’étranglerai pas avec ton écharpe avant la fin de cette journée. Mais je me sens pas tellement le profil gagnant…”

 

“Moi je dis que ce sera un yôkai.”

 

“Et JE te dis que ce sera un lumbago et ton argent de poche pour me payer un corset lombaire si tu descends pas !”

 

La sonnette a cependant plus d’effet que mes menaces, la décollant instantanément de mon tee-shirt. Sauvé par le gong. C’est pas si souvent que je suis heureux d’avoir de la visite.

 

Irrasshaimase ! La maison Kondo est honorée par votre visite, entrez, entrez…” (Ma cousine est obséquieuse mais rassurez-vous : c’est intéressé. En temps normal, elle estime que le visiteur peut très bien pousser la porte tout seul).

 

Je me retourne pour examiner la cliente...ou plutôt LES clientes : une fillette un peu plus jeune que Shinkin et ce qui semble être sa mère, laquelle m’adresse un sourire.

 

“Kondo-san. Merci de nous recevoir, vous et votre...fille ?”

 

“Ma cousine et mon bras droit, Shinkin Kondo. Asseyez-vous sur le...hem...où vous pouvez.”

 

Shinkin saisit l’énorme pile de papier en train de s’écrouler sur le canapé, la replie sur elle-même et la pose à côté de moi sur le bureau.

 

“Voilà. Rangé.”

 

Je n’ai plus qu’à imprimer une poussée latérale jusqu’à la poubelle.

 

“Et archivé. Que puis-je faire pour vous ?”

 

La gamine, assise à côté de sa mère pose sur la table basse une petite cage hermétiquement fermée à l’exception d’une grille par laquelle je ne vois rien. Mais ça respire à l’intérieur, j’entends distinctement une sorte de sifflement.

 

“Explique le problème à Kondo-san.”

 

Et ouvre cette foutue boîte, surtout, que Shinkin arrête enfin de faire le requin -rose à pois bleus- autour de la table.

 

“Kabu-chan est malade.”

 

“Oui, c’est ce que j’ai cru comprendre au téléphone. Mais d’après toi, ça ressemble à un cabinet vétérinaire, ici ?”

 

Elle prend tout de même quelques secondes pour regarder autour d’elle.

 

“Ben non.”

 

“Excellente réponse. Tu iras loin. Donc, à priori, s’il existe sur Tokyo des cliniques vétérinaires, c’est pas franchement une coïncidence. A moins que tu ailles chez un garagiste quand tu as un rhume, j’ai du mal à piger ce que tu me veux.”

 

“Montre à Kondo-san.”

 

Maman doit lui dire quand donner la patte, aussi ? En tout cas, “Kabu-chan” doit pas être bien redoutable, elles sont calmes toutes les deux lorsque la petite déverrouille la boîte. Je fais tout de même signe à Shinkin de reculer. Un bruit métallique se fait entendre et je vois sortir une masse sombre juchée sur quatre pattes massives et agitant une queue touffue.

 

Je ne suis pas zoologue mais ça a méchamment une gueule de théière, malgré tout. Elle émet un petit jet de vapeur assorti d’une sorte de grondement et s’ébroue.

 

“Ca fait un mois qu’elle recrache son thé tout le temps. Alors, c’est embêtant, après faut laver le tapis et les murs. Et pourtant je la mets pas sur trop chaud.”

 

Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à me réjouir du malheur des autres - par habitude, ledit malheur représente toujours une possibilité de m’obliger à intervenir. Dans le cas présent, j’ai pourtant laissé échapper un sourire torve en imaginant la GUEULE absolument délectable qu’a dû tirer le vétérinaire en se faisant cracher après par une théière en fonte au moment de lui prendre la température.

 

“Donc, si je vous suis bien, vous vous inquiétez plus de la voir déborder que cavaler dans votre salon ?”

 

Kabu-chan, quant à elle, gronde et émet un nuage de vapeur avant de s’approcher de la petite et de sauter sur le canapé.

 

“Hooo, elle est câline !” Couine Shinkin, au comble du bonheur de voir un ustensile de cuisine témoigner de l’affection. Je serais d’humeur de chacal, je lui signalerais qu’en temps normal, elle et la cuisine c’est pourtant assez loin d’être une histoire d’amour.

 

“Ou elle étudie sous quel angle attaquer pour commencer à la bouffer. De deux choses l’une : ou bien vous avez oublié de la laver depuis un certain temps ou bien vous avez un tsukumogami à domicile.”

 

“Un ?”

 

“Tsukumogami. Un objet de plus de cent ans qui se dote d’une âme, d’un embryon de conscience et même des membres qui lui manquent pour se mouvoir. C’est un peu plus problématique qu’une théière qui dégueule de l’eau bouillante sur le tapis. ”

 

“Je ne vois pas en quoi.” M’assure la mère, tout sourire. “Eri-chan l’adore et elle s’en occupe bien. Elle la sort même sans qu’on ait besoin de lui dire.”

 

“Vous la sortez ? Dans votre quartier ?”

 

“Avec un harnais. Il y a des voitures…”

 

Eri-chan fouille dans son sac et me sort, pas peu fière, un harnais vert anis avec des têtes de chaton.

 

Ok. Là, on est pas sortis du sable…

 

“C’est adorable. Vous avez déjà entendu parler de la sarabande des cent monstres ? Shinkin, enlève tes mains de là !”

 

Naturellement, rien à cirer, elle continue de gratter le couvercle de la théière, qui ronronne. Et la mère, tout sourire, l’encourage, en prime. Je fais claquer ma main sur la table.

 

“Je n’ai certes pas le potentiel kawaii d’un service à thé en fonte mais serait-ce trop demander que d’avoir votre attention ? Les tsukumogami ne sont pas des jouets ou des animaux de compagnie, ce sont des esprits anciens rancuniers, des objets qu’on a balancés une fois trop vieux. Des gens sont MORTS après avoir croisé leur route. Où avez-vous trouvé cette théière ?”

 

“Ne vous énervez pas. Je sais que c’est un peu risqué mais nous surveillons bien Kabu...Et puis Eri-chan l’adore…”

 

La mère ouvre son sac et attrape un tube dont elle fait sauter le bouchon avant d’avaler un comprimé. D’accord, je vois le genre.

 

“Moi, je ne m’en fais plus pour ça.”

 

“Et quand votre fille se fera arracher un membre, vous l’amènerez chez un comportementaliste ? La théière, je veux dire ?”

 

“Ho non...Je reviendrai ici.”

 

De mieux en mieux. J’entends alors un couinement double : Kabu-chan vient de cracher un jet de thé tiède sur le canapé et émet des hoquets avant de descendre pour finir sur le parquet, me vomissant un paquet de feuilles de thé détrempées sur les orteils. Eri se précipite sur sa théière.

 

“Ho non ! Kabu, c’est vilain ! Je t’ai dit de faire ça par terre !! Vous voyez, depuis un mois c’est ça tout le temps, après elle est de mauvaise humeur et elle va cogner contre le mur jusqu’à s’endormir.”

 

Ca ne rate d’ailleurs pas : grondant et sifflant, le tsukumogami se dirige vers le pied de la table et se met à lui filer des coups de bec avec hargne. Bon, ça suffit les conneries, je reprends les choses en main. Au sens propre.

 

Saisissant Kabu par la anse, je la soulève et me tourne vers les clientes.

 

“Puisque visiblement personne n’est capable de l’entendre, je vais le dire d’une autre manière : les tsukumogami ne sont pas autorisés dans les habitations civiles pour raison de sécurité. Et je suis très bien placé pour le savoir car j’ai PERSONNELLEMENT ratifié cette interdiction afin d’éviter les accidents de ménagères empalées par leur brosse à toilette ou de célibataires morts étouffés par leur oreiller. Je récupère donc ceci et vous prierai de prendre plutôt un chien à cette gamine. Ou un alligator nain, si vous voulez rester dans le thème, ça relèvera pas de ma compétence.”

 

Qu’est-ce que j’ai pas dit...Eri se met à hurler, mais littéralement HURLER devant moi.

 

“Vous avez pas le DROIT !!!!! Kabu-chan elle est à moi, je l’ai payée avec mon argent de POCHE et je veux pas qu’on me la PRENNE, OKAAAAA-SAAAAAAAN !!!”

 

Franchement, j’hésite. Si je lui colle un coup de théière en fonte sur la gueule, j’ai une chance de faire cesser ces horripilants ultra-son mais je ne suis pas certain que ça soit très raccord avec mon rôle de protecteur bienveillant...

 

La petite mégère tente de me prendre sa théière des mains, la mère, complètement stone bredouille quelque chose à propos de politesse élémentaires et Shinkin…

 

Shinkin m’engueule, normal, me dit que je suis dégueulasse, que franchement ça gêne qui et que c’est pas cool alors que les gens me font confiance. C’est ça, et je mange les bébés chats, aussi…

 

“MOI, ça me gêne ! TU veux t’en occuper une fois que cette saloperie aura attaqué la gamine ?”

 

“Oui.”

 

Elle a croisé les bras.

 

“Je m’en occupe.”

 

Ho ? Mademoiselle veut jouer à ça ?

 

“Quand tu dis “je m’en occupe”, c’est pour gérer quoi qu’il arrive ou tu comptes pleurnicher pour que je le fasse à ta place ?”

 

“Non. Je m’en occupe.”

 

Et pendant ce temps, Eri tire toujours sur sa théière de compagnie en pleurant comme un veau. Déjà, une pisseuse, c’est difficile à gérer pour mes petits nerfs délicats de lâche patenté mais deux (voire deux et demie en comptant maman-in-the-sky-with-diamonds), c’est trop. Je mets une béquille à Eri pour la faire lâcher et reçois un reste de thé dans le cou en représailles, assorti d’un rot mécontent de sa satanée théière.

 

“Désolé mais pas cette fois. On a jamais vu un gosse faire joujou avec un yôkai sans que ça finisse mal.”

 

“J’en connais un qui a fait ça avec un kitsune, moi.” M’assène ma cousine. “Même qu’il lui refile le travail qu’il veut pas faire. Et qu’il lui demande des sous quand on mange des nouilles.”

 

Morue. Bien la fille de sa mère, tiens. Je lâche donc Kabu-chan, qui me colle un coup de bec hargneux sur le mollet avant de claudiquer jusqu’à sa maîtresse et de se coucher sur ses genoux.

 

Bon, j’abdique, puisque tout le monde s’obstine. Au fond, c’est pas moi le futur papa d’une petite amputée.

 

“C’est bon, c’est bon. Cessez de hurler, j’ai compris. On va l’examiner, cette chose, qu’à défaut de pas bouffer les invités, elle salope pas le parquet. Et comme le salon ressemble déjà à un chantier, on va plutôt faire ça dans son environnement naturel, histoire de pas ruiner le canapé.”

 

Une fois dans la cuisine, j’ouvre la théière, qui tente encore de me frapper avec son bec et envoie même la patte quand j’examine l’intérieur. Une odeur à mi-chemin entre “eau de cadavre n° 5” et “Haleine matinale façon gueule de bois” m’agresse les narines.

 

“Ouais, visiblement, y’a un truc qui ne va pas...Nettoie-là, on va voir ça. Tu prépares quoi, dedans ?” (Notez que j’ai renoncé à m’adresser à la mère, que j’ai laissée dans le salon en lui conseillant d’entamer une conversation avec le lampadaire).

 

“Du thé.”

 

“Merci de me le préciser. Quel genre ? Sachet ? Feuilles ?”

 

“Que des feuilles, Kabu déchire les sachets.”

 

“Tu as changé de marque récemment ?”

 

“Ben on a refait notre armoire à thé, oui, j’ai apporté un peu de chaque…”

 

Je reconnaîs, là, elle m’impressione, la morveuse. Elle doit sacrément tenir à son ustensile de compagnie parce que ça m’étonnerait que la mère lui ait soufflé cette idée.

 

Shinkin attrape les petits paquets qu’Eri pose sur la table et les hume.

 

“Il a pas l’air très fort, pourtant...Il va falloir tous les tester ?”

 

“Si on n’en trouve pas un qui se démarque des autres, oui. Elle peut faire une intolérance à n’importe lequel” (J’ai vraiment dit cette phrase...J’ai VRAIMENT dit ça. Ce boulot va m’envoyer en asile avant la fin de mes jours).

 

Je laisse ma cousine faire le chien truffier, en tant que fille Kondo, elle se fade de boire du thé et d’apprendre à le servir à chaque réunion de famille, alors que je ne serais pas fichu de différencier un sachet de oolong d’une poignée de feuilles mortes. Elle sourit et agite un des sachets.

 

“Je crois que j’ai trouvé ! Eri-san, d’habitude, tu fais du thé vert ?”

 

“Heu...souvent.”

 

“Celui-là, c’est du blanc. Faut tester.”

 

Je me suis assis sur une chaise et entreprends d’éponger mon jean et mon tee-shirt imbibés de thé saumâtre.

 

“Tu as demandé à gérer, je t’en prie.”

 

“Il est vexé ?” Demande Eri, un peu inquiète en voyant Shinkin remplir sa théière d’eau.

 

“Non, il aime pas le thé. Là. Et au cas où…”

 

Elle tapisse la table de torchons avant d’ouvrir le sachet et de le vider d’un trait dans la théière. Aussitôt, celle-ci est prise d’un soubresaut, grogne, éructe et se renverse sur le flanc, les pattes battant dans le vide.

 

“Elle fait ça d’habitude ?”

 

“Heu...Non...Mais on en met moins.”

 

“Merveilleux...Un tsukumogami qui fait une intolérance digestive au thé blanc. D’ici à ce qu’on nous ramène un antique biberon qui supporte pas le lactose…” Je grogne. Mon jean pue l’eau croupie et il est propre d’avant-hier, fait suer. Eri et Shinkin doivent s’y mettre à deux pour immobiliser la théière qui grogne et siffle en inondant la table.

 

“Mais faut qu’on fasse quoi ?”

 

“Fais-lui un pansement gastrique au lait ?”

 

“Juste la nettoyer et éviter le thé blanc.” Me coupe Shinkin en me jetant un regard noir alors que je ricane. “Et t’en sers pas trop cette semaine le temps qu’elle se remette. Mais tu sais, mon oncle a raison, tu devrais éviter de ramener ça chez toi. Y’en a qui sont pas aussi cool.”

 

Elle admet que j’aie raison. Après m’avoir ridiculisé devant les clientes, sa majesté est trop bonne...Kabu hoquette encore et recrache quelques bulles alors que sa maîtresse s’emploie à la rincer.

 

“Tout va bien ?”

 

Tiens, la mère a atteri et risque un coup d’oeil dans la cuisine. Sa fille se précipite vers elle en brandissant la théière.

 

“Kabu-chan supporte pas le thé blanc ! C’est pour ça qu’elle est malade ! C’est Shinkin-san qui a compris !”

 

“C’est bien...Tu aimes les animaux, aussi, Shinkin-san ?”

 

“Ouais. Elle me change même ma litière deux fois par semaine et m’autorise à dormir par terre.” Je souffle, mielleux à l’écoeurement, espérant que ça suffise à les faire déguerpir. “Pour votre théière, comme l’a dit la patronne, évitez le thé blanc, pour votre fille, évitez les antiquaires à l’avenir, qu’elle vous ramène pas les petites soeurs de Kabu-chan. Et il me faut votre adresse pour ma facture. Je marque “soins vétérinaires” ou “entretien quincaillerie”  dessus ?”

 

“Ho, ce que vous voulez. Ça n’a pas d’importance.”

 

En effet, tu raqueras pareil.

 

“Bon ben je vous fais pas visiter, hein, vous connaissez la sortie.”

 

Tout en souriant, je pose une main sur l’épaule de Shinkin, serrant lentement, histoire qu’elle se défile pas une fois qu’elles seront sorties. Au moment où elles ouvrent la porte d’entrée - reconnaissable à son grincement caractéristique - j’entends Eri demander à sa mère.

 

“Ôka-san...tu crois qu’après ce qu’il nous a dit de faire, il faut jeter Mami-chan, Sae-chan et Azu-chan, aussi ? Parce que ce sont des tsumo...tsukamo...enfin des choses vieilles, là ?”

 

“Non, ma puce. Tout va bien. Tiens bien Kabu, qu’elle ne s’échappe pas, si tu ne veux pas la remettre dans sa boîte.”

 

Mettons que je n’ai rien entendu...D’ici à ce que ces deux-là déboulent parce que l’édredon perd ses plumes…

 

A Shinkin, maintenant.

 

“Toi. Je vais te coller au mitard pendant AU MOINS une semaine après un coup pareil.”

 

“Tu peux pas, j’ai école.”

 

“Le week-end.”

 

“Tu peux pas, j’ai entraînement de foot. Et si ils me renvoient, t’auras payé pour rien.”

 

“Pendant tes vacances, alors.”

 

“Je pars en voyage scolaire, tu as signé la semaine dernière.”

 

“Tu pourrais pas faire au minimum l’effort de paraître contrariée quand j’essaie de te coller une punition ???”

 

“Heu...Kondo-san ?”

 

Pour parfaire cet instant franchement grotesque, le mange-crasse arrive du salon en rampant et me tend le combiné téléphonique.

 

“C’est Gekkô-san, qui veut connaître le résultat du pari.”

 

“Je vais chercher l’enveloppe !” Annonce Shinkin avant de s’évaporer , trop heureuse de couper à ma pathétique crise d’autorité. Je me laisse tomber sur la chaise de la cuisine en soupirant comme une baudruche qu’on dégonfle (il y a ici une analogie astucieuse, saurez-vous la trouver ?). Shinkin revient en sortant d’une enveloppe scellée nos papiers de paris ainsi que la liasse de billets.

 

“J’avais bien noté chaque pari, histoire que personne triche...parce qu’avec toi et Gekkô…”

 

“Sûr. Comme on est pas de la même famille, y’a aucune chance que toi tu le fasses. De toute façon, j’ai perdu, j’avais parié sur un kitsune.”

 

“Alors...moi j’avais parié un tanuki...Gekkô un fantôme...et...Issô...un tsukumogami.”

 

Pour bien saisir le poids du silence qui a suivi cette déclaration ainsi que celui des regards que nous avons dirigés sur le mange-crasse, il faudrait avoir soulevé un poids en fonte au bout de l’auriculaire, je pense. Issô, vaguement anxieux, reprend le téléphone.

 

“Heu...Oui, Gekkô-san...c’est...c’est moi qui ai gagné.”

 

“Dis-lui que s’il rigole, il peut aller se faire foutre pour la cérémonie de la semaine prochaine.” Je grogne, alors que Shinkin lui tend les billets, qu’il examine et renifle, l’air incertain.

 

“Qu’est-ce que je dois en faire,  Kondo-san ?”

 

“Je sais pas, mets-les à infuser ?”

 

****

 

Bilan : j’ai perdu huit mille billes, mon tee-shirt et mon jean sont tachés au thé - macéré dans un tsukumogami donc carrément douteux, le canapé est foutu, va falloir nettoyer le parquet un moment avant de tout faire partir et Shinkin fait tous les antiquaires depuis une semaine.

 

Je suis sur la facture de madame et sa fille, là.

 

“Exutoire” me semble un bien faible mot pour exprimer mon bien-être à cette seconde.

 

 

______________________________________________________________

Licence de l'image : 

Licence
PaternitéPartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par Nomadic Lass
Retour à l'accueil