Réactions en chairs - Pt1

J’avais prévenu en Novembre que les prochaines semaines allaient sentir la viande froide… et mon silence n’avait je suppose rien de rassurant.

Je suis chez moi quand je commence à écrire ce qui constituera peut-être le dernier post de ce blog.

Ce n’est pas un choix facile - je conclue plus de six ans de vie, d’échanges et de réflexions sur mon métier et sur moi - mais c’est le meilleur à faire.

Il s’est passé pas mal de choses depuis que les flics m’ont extirpé de la chambre froide à Ikebukuro : Tokyo a pris feu, Kabukicho a essuyé une attaque yôkai, j’ai eu pour la première fois de ma vie une protection rapprochée, Gekkô s’est vu “obligé” de boulotter deux suprémacistes humains venus lui faire la peau en bas de chez lui, les tengu m’ont élu “mort en sursis de l’année 2016” et Jun Murakami…

Jun…

Je vais y revenir.

Une fin d’année “intense et sombre mais avec des notes plus colorées” comme dirait une marque de café lyophilisé et cancérigène (ce qui constitue une très bonne analogie de l’existence d’un paquet d’humains : polluante, artificielle et sous vide.), que je me dois tout de même de vous raconter.

Ce qui devrait prendre encore plusieurs mois, vu la gueule de mes notes sur le sujet - et le fait qu’Issô en ait baffré une partie non négligeable. Il y a six ans, ça ne m’aurait pas dérangé de vous le balancer tel quel mais entre temps j’ai développé une certaine déontologie… et une réticence à ouvrir mon mange-crasse à la dague de cérémonie.

C’est un peu comme vous, on s’y attache.

Mais je digresse dans le sentimentalisme. Nous parlions de guerre civile.

***

Ikebukuro, Octobre 2016

“Il y a une chose que je ne pige pas, Kondo.”

Quand il est détendu - sur son territoire, au milieu de sa meute, en total contrôle de ce (et surtout ceux) qui l’entourent - Jun a des allures de tigre paresseux. Installé sur la banquette de la voiture, il a pris soin d’occuper un maximum de place en me coinçant contre une portière, tout en transformant l’habitacle en aquarium. J’ouvre la vitre pour abandonner une portion de poumon sur le bas-côté dans une toux rauque et reste accoudé à la fenêtre pour reprendre mon souffle.

“Pourquoi ta trachée ne ressemble pas encore à une portion de voirie fraîchement recouverte ? Demande à ton pneumologue mais à mon avis c’est déjà le cas.”

“Je fume pas cet opium de merde, moi.”

“Vrai. T’es un peu en avance pour Noël, ceci dit.” Je rétorque en désignant ses narines, où il essuie du revers de la main une traînée de poudre. Nakahira lui tend un mouchoir pour se tamponner le nez.

“Ce que je ne pige pas Kondo, c’est que quand tu es venu me voir pour cette histoire de coup de feu dans un salon yôkai, tu avais l’air pressé. Tu me parles de poudrière, tu me demandes de te trouver un nom, je te le trouve. Et rien. T’as pas bougé. Le type aurait eu le temps de déménager dix fois.”

“Il ne l’a pas fait.”

J’inspire à fond l’air pollué de Tokyo et jette un regard par-dessus mon épaule à Jun, qui consent enfin à éteindre sa clope dans le cendrier devant lui, me permettant de rentrer la tête dans l’habitacle.

“Ce type n’est qu’un exécutant, tu l’as dis toi-même Jun. C’est pas le bras que je veux mais la tête.”

Le bras en question, Goi Suichi, était un ancien yakuza reconverti dans la vente de porno à Ikebukuro, officiellement radié de toutes les familles mafieuses, officieusement toujours en tête des annuaires underground de Tokyo. Réputé pour aimer casser du yôkai, on lui devait quelques passages à tabac dont pourtant aucun tanuki ou kitsune s’étant fait refaire la symétrie n’avait envie de me parler.

Suichi avait continué. Un vrai fantôme, insaisissable. J’avais patienté. Jusqu’à ce qu’une guérisseuse kappa d’Ikebukuro vienne me voir.

Cette crevure lui avait rempli le crâne de sel et lui avait promis de l’acide si elle ne virait pas de son cabinet. La bonne nouvelle, c’est qu’il avait laissé un nom, cette fois, celui d’un ponte yakuza qui sévissait à Ikebukuro et avait apparemment l’intention d’en vidanger toute la population yôkai : Bêzo.

J’avais demandé à Jun de m’arranger un rendez-vous, qu’il m’avait obtenu sans trop de difficultés. Bêzo avait “hâte” de me rencontrer. Pas tant que moi.

“S’il n’a pas bougé, c’est qu’il est sûr de lui.”

“Ou qu’il t’appâte. T’apprends décidément rien.”

Nous stoppons à l'embranchement de Shibuya et le chauffeur marmonne une excuse pour le ralentissement, que Jun balaye d’un mouvement de main et d’un sourire au rétroviseur. Je vois les mains du type sur le volant se détendre légèrement, avant que son boss ne m’attrape le visage.

“Tu sais pourquoi je fais tout ça, Kondo ?”

“Pour moi.”

“Et ça fait de moi un yakouze de merde. Les autres seront jamais une finalité. Jamais. Même la fille la plus bonne de tout Tokyo, même la plus magnifique salope qui t’ouvre les jambes ne doit JAMAIS être une finalité.”

Il me lâche et frotte ses doigts les uns contre les autres.

“Le fric. Une vraie finalité, le moyen d’en faire, le moyen de contourner, de retourner et de tordre le monde pour en essorer tout ce qu’on peut. Pute, porno, immobilier, tout est bon. Si demain bouddha se faisait mettre des boules en or, tous les yakuza de Tokyo seraient pédés.”

“C’est moi ou tu viens de me traiter de salope ?”

“De magnifique salope. Ton Bezô, là… il a rien à gagner à virer les yôkai d’Ikebukuro. Rien d’autre que de sacrées emmerdes, avec toi ou tes petits copains.”

Le sourire de Jun s’évanouit et il pointe son index, en forme de pistolet sur mon front.

“C’est toi, sa finalité. Y’a pas de rendez-vous , rien d’autre qu’un piège. Il va nous buter. Et une fois qu’on sera morts, il te défigurera au cran d’arrêt, me foutra ça sur le dos… et tout le monde avalera sans recracher.”

La voiture repart mollement au milieu du bourdonnement de Shibuya, des dizaines de silhouettes qui transitent autour de nous. J’ai rarement senti autant de distance avec elles que celle de la paroi métallique qui nous sépare… Ni si peu avec Jun et les autres yakuza. J’essaie de me trouver une attitude plus détendue, de ne pas laisser la panique primitive m’embrouiller. Jun reste un manipulateur : une fois la peur installée, il peut faire ce qu’il veut. Lentement, je m’adosse à la banquette et étend les jambes devant moi… mais quand Murakami a l’air d’un tigre, je tiens davantage du carlin.

“Si tu es si sûr de toi, pourquoi tu m’embarques là-dedans ?”

La foule est derrière nous alors que nous remontons Aoyama Dori. Il est presque midi, on débarque en pleine heure de pointe, et me frotter aux yakuza quand les civils sont de sortie ne me plaît pas...

Pas davantage que le sourire de Jun, qui me considère sans piper mot. Ses plombs ont encore rendu l’âme ?

Avant de me faire monter dans la voiture, il a laissé Nakahira m’engoncer dans un costard panthère qui me donne la sensation d’être un cosplayeur made in china et me gominer au point que mes tempes semblent faites de plastique. Pour ma “couverture”. Et il me trouve “pas mal”. Personnellement, je n’ose pas croiser le regard du rétroviseur.

Il ne bronche toujours pas, au point que même son second me jette un regard hésitant. Je lui colle sans cérémonie un doigt sur les lunettes pour les abaisser sur son nez et l’obliger à me regarder dans les yeux.

“Réponds, Jun. Pour moi, mourir c’est pas une finalité.”

Mais pour lui, peut-être. Sans être suicidaire, Jun a un goût nécrophile assez prononcé en matière de sensations fortes et un vague fond fleur bleu qui tire sur le noir. Crever en même temps que moi lui a possiblement traversé l’esprit. Il vire ma main, laissant éclater de minuscules élancements de douleur là où ses bagues frappent mes phalanges.

“Parce qu’il viendra vérifier que tout se passe comme prévu. Bien planqué, mais il sera là. À sa place, je laisserai rien au hasard. S’il te rate, toi tu feras pas la même connerie. N’est-ce pas ?”

Il a un repli cruel au creux de la bouche, un ligne rouge de chair qui laisse voir le tranchant de ses incisives, comme un carnivore qui salive devant une pièce de viande.

“Tu vas tuer ce fils de pute, non ?”

Enfin, nous prenons de la vitesse, nous extirpant de la foule et je respire un peu mieux. La pression des autres, même à distance d’une feuille d’acier, me rend trop nerveux en ce moment, plus nerveux même que Murakami dont l’aura brûle tout l’habitacle à l’idée de me voir avec du sang sur les mains. Je le fixe.

“C’est pas à toi d’en décider, Jun.”

Quelque chose manque… une motivation. Danser sur mon cadavre, c’est un peu léger, surtout quand on sait que le tireur du salon yôkai m’a eu dans son collimateur quelques secondes avant d’ouvrir le feu.

Si j’avais pris une balle dans la tête en plein milieu d’une manifestation mêlant yôkai et humains, c’était l’explosion assurée. Simple, rapide, impossible à tracer. Le tireur serait sorti dans le mouvement de foule… et il avait préféré provoquer un simple incident.

Quoiqu’en dise Jun, on me préférait vivant. Chiant et imprévisible mais vivant.

Non, je n’étais pas la finalité mais un obstacle pour ce Bezô.

Même ce nom éveille une sensation subtile, le tintement d’alerte conjoint de ma mémoire et mon instinct, qui me soufflent que je sais à qui j’ai affaire. Sauf que c’est impossible. C’est forcément un homonyme.

Les yakuza me dévisagent et je me masse lentement les tempes. Pas le moment de montrer que je suis anxieux, pas si je veux garder mon rôle très précaire de leader sur ces molosses.

“Je peux prétendre au rôle de juge, pas toi. Le bourreau, à la rigueur.”

Jun renverse la tête en arrière.

“Ça me va.”

Nous avons rejoint la voie rapide et le pic étincelant de Roppongi Hills se dévoile déjà à ma droite sous un soleil presque blanc. Alors que je m’accoude à la vitre, il me semble distinguer, dans le ciel immaculé, quelque chose derrière la tour Mori. Je plisse les yeux.

Et la seconde d’après, mon corps est arraché de la banquette, jeté contre Jun, dans un bruit déchirant de verre brisé, soutenu par le hurlement des freins. J’entends le chauffeur hurler, mon nez s’écrase contre le fauteuil et je vois, au-dessus du dossier , le pare-brise éventré, par lequel le soleil, rebondissant sur le sommet de Roppongi Hills, m’aveugle. Et toujours, au milieu du ciel, cette silhouette, cette anomalie noire qui s’étire dans mon champ de vision jusqu’à occulter la lumière. Une odeur de chair brûlée m’asphyxie.

Et un craquement secoue l’habitacle, me balaye comme une lame et se répand dans chacun de mes os au moment où la voiture s’écrase sur la glissière.

***

La douleur éclate dans tout mon côté droit, ma peau est parcourue de coulées lancinantes qui électrisent mes nerfs. Je n’arrive que péniblement à ouvrir l’œil.

Les sièges de la voiture, obliques.

Le verre du pare brise, piqué de larges étoiles, par lequel s’infiltre le soleil blanc du début d’après-midi et qui laisse voir des lambeaux de ciel presque phosphorescents.

La lumière rouge et jaune, formant des silhouettes tordues sur le cuir de la banquette.

Et la main.

La main sur le volant, noircie, tordue comme une serre monstrueuse, contractée dans l’agonie. J’entends le chauffeur gémir.

Je l’entends qui résonne dans mon esprit, le hululement de ceux qui sont en train de mourir. Et mon corps, masse immobile, paralysée par l’inconscience, ne répond plus. J’ai les yeux ouverts mais ne suis pas réveillé. Mon instinct déchire mon subconscient, le fait éclater et je me redresse dans un spasme pour voir le visage de Jun, évanoui, sur lequel coule des rigoles sombres. Nakahira est en train de briser ce qui reste de la vitre à coups de crosse et balaie les éclats de verre.

L’autre portière est éventrée par un morceau de glissière. Sans issue.

Panique. Panique, nom de dieu.

Les flammes ont envahi la partie avant et gagnent déjà sur nous, la mousse se racornit à quelques centimètres de mon visage.

L’essence. L’essence va prendre feu. C’est qu’une question de temps avant que tout s’embrase, putain, l’ESSENCE !!

Je ne pense pas. Rester mécanique. Si je panique, c’est foutu. Dans mon dos, une douleur aiguë vrille jusqu’à mes intestins. Ne pas y penser. Mécanique.

“Kondo ! Magne-toi ! Faut sortir le boss !”

Est-ce que je me suis coupé la langue ? Je n’arrive pas à parler. J’entends la voix de Nakahira au travers d’un voile, couverte par le battement de mon propre cœur.

On sortira pas à temps.

Jun ne se réveille pas…

Respire.

La chaleur.

L’essence.

Les craquements qui se muent en crépitements, la chaleur insupportable qui me fait ressentir chaque nerf de ma peau. La sueur qui m’inonde, du front aux cuisses et me donne la sensation de nager dans mon propre fluide. La fumée. L’impression de respirer de l’aluminium.

De l’eau.

Il me faut de l’eau.

Je ne pourrais jamais éteindre un incendie mais laisser le temps à Nakahira de sortir Jun. Mes yeux tombent sur le mini bar, que j’ouvre puis dans lequel je tâtonne pour trouver la bouteille de flotte, à moitié couché sur la banquette. La fumée commence à m’obscurcir la vue.

“Qu’est-ce que tu fous, Kondo ?? Aide-moi à sortir le boss !!”

“On aura cramé avant que t’ai même réussi à le soulever. Je vais nous faire gagner du temps.”

Mes doigts rencontrent enfin une bouteille, que je sors et débouche… et que j’ai heureusement la présence d’esprit de vérifier, pour m’apercevoir que je m’apprête à lancer un sort avec une bouteille de vodka.

Pure.

“Je gère. Occupe-toi de ton patron.”

Tu gères, ouais. Comme un futur Darwin Award.

Bordel de BORDEL où est cette foutue bouteille ? Mes doigts plongent alors dans un plein seau de glaçon que la chaleur a commencé à faire fondre. Faute de mieux… Mon dos brûle déjà. Je m’écrase contre la portière et capte, du regard, un minuscule pan de ciel par la vitre.

Rester les yeux rivés dessus. Au vivant. Je presse mes mains contre ma peau esquintée, sens le contact tiède de mon sang contre ma paume, m’emplis le nez d’aluminium. De mes doigts poisseux, je trace le om rituel au dos de ma main, que je trempe dans l’eau glacée pour la saisir, comme un filet solide. Elle m’échappe.

Mauvais. Recommence.

Mes yeux ne quittent pas la bande de ciel… est-ce que c’est moi ou les lueurs rouges de l’incendie, la chaleur qui lèche ma peau et y dépose une fine pellicule de douleur, mais il change de couleur, lui aussi.

“Kondo !!”

“La ferme.” Je marmonne en fermant les yeux.

Saisir l’eau… l’absorber en moi, la lier à moi. Sentir son poids, ses courbes qui s’enroulent autour de mes doigts… et…

Les tordre comme du fil.

L’air devient soudain plus moite et à l’odeur de métal se substitue celle, subtile, de la peau humide alors que l’eau forme autour de moi des lignes métalliques contre lesquelles les flammes s’écrasent. Le feu se propage déjà aux sièges mais est à nouveau stoppé par la toile aquatique que je tisse autour de nous, enrayant le brasier alors qu’il s’apprête à atteindre Jun, que Nakahira empoigne pour le traîner vers la fenêtre explosée.

“ Grouille, je vais pas tenir !!!!”

Les flammes s’intensifient et mes fils d’eau commencent à se vaporiser sous la chaleur. Je sens le brasier à l’intérieur de mon esprit, de mon corps, le feu qui se communique à moi, à mes doigts et assèche lentement ma peau.

“GROUILLE !!!!”

Toute la voiture s’embrase et je me retrouve encerclé. La peur, que le choc de l’inconscience contenait jusque là, commence à me tordre le bide et d’incontrôlables larmes de stress me roulent sur les joues alors que j’essaie d’atteindre la sortie. Mon dérisoire bouclier est balayé par la vague rouge, enragée, qui se précipite vers moi. On m’empoigne par la fenêtre éventrée et je sens s’enfoncer les bagues de Nakahira dans ma gorge tandis que mon corps est soulevé, mon dos éraflé par les éclats de verre. La fournaise se referme comme une gueule autour de mes jambes et je lui échappe au moment où ses crocs enflamment mon jean. La voiture s’est transformée en boule de feu, qui se propage à la glissière. Au loin, la sirène résonne déjà sur la voie rapide. Je roule sur l’asphalte et reste au sol plusieurs secondes, hébété.

“Kondo ?? Kondo ??? Ça va ?”

“Je finis de pisser dans mon froc et ça devrait aller mieux. Des dégâts ?”

Nakahira s’écroule à côté de moi, l’adrénaline est en train de le lâcher et il accuse salement le coup, à en juger par les tremblements qui le secouent.

“J’ai… pris un coup de soleil mais le boss… il a l’air ok. C’était bluffant, ton truc, Kondo.”

Je me mets à rigoler nerveusement, à quatre pattes sur le goudron. Mes mains me soutiennent à peine. Inspirer, expirer, hurler un coup jusqu’à couvrir le grondement de la voie rapide. Des automobilistes se sont arrêtés et accourent vers nous. L’un d’eux, extincteur à la main, arrose ce qui reste de la voiture. Je repousse celle qui essaie de m’aider et me relève. Les autres, en s’approchant de Nakahira et Jun voient les costumes. Les cicatrices. Et restent en retrait.

Le ciel est à nouveau immaculé, presque laiteux au-dessus de nous.

Me redresser m’a envoyé une impulsion dans le crâne, comme si on avait lâché une vingtaine de balles de jokari contre ses parois. Je titube, m’appuie sur la glissière, en attendant que mon sens de gravité cesse de tanguer et laisse la partie pas trop amochée de mon occiput me restituer ce que j’ai vu avant de sombrer.

Une silhouette volante...

Il faut que je vérifie et pourvu, pourvu, bordel que je me trompe et qu’on se soit simplement ramassés une rafale de balles offertes par l’amicale des yakuza blagueurs. Pourvu que la cible ait été Jun.

Je garde les mains sur la glissière, progresse jusqu’à la carcasse fumante de la voiture et m’accroupis devant le pare-brise éventré, où des stalactites de verres pendent encore.

“Vous ne devriez pas vous approcher.” Me signale l’automobiliste à l’extincteur “les fumées…”

“J’ai un mot de mes poumons, ils ont dit qu’ils sont plus à ça près. Merci pour tout.”

Une odeur de chair brûlée, mêlée à celle de l’essence et du plastique fondu, sature mon oxygène et je place une main sur mon visage en examinant ce qui reste du chauffeur. Je vois sa bouche fermée, ses mains encore sur le volant, crispées, contractées… il est mort en conduisant et n’a - heureusement pour lui - pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Ses dents sont serrées, certaines se sont même brisées sous la pression.

Une main s’abat alors sur mon épaule, me faisant pulvériser mon record de saut en hauteur - et d’accident cardiaque en même temps.

“Qui est le… fils de pute… qui nous a allumé ?”

Jun. Jun-in-the-box, bondi hors de son coma comme le diable du même nom et qui contemple le cadavre de son subalterne, en pesant de tout son poids et de sa haine sur moi. Prudemment, lentement, je retire sa main de mon épaule avant qu’il ne m’y enfonce les ongles. Il tangue mais reste à la verticale.

“Qui, Kondo ? Tu le sais, toi. Tu le sais. hmmmm ?”

Et il me renfonce ses doigts dans la clavicule. Je me tourne et récupère son mouchoir dans sa poche, couvert de suie, avant de le déplier pour le poser sur le visage du chauffeur.

“Pas un yakuza, c’est sûr.”

Au temps pour ma théorie : on me préférait vivant… jusqu’à aujourd’hui.

J’ai trop traîné. La poudrière, cette fois-ci, j’ai les deux pieds dedans et des allumettes plein les poches. Pire, je n’y suis pas seul, j’ai exposé les autres comme le dernier des cons.

“On y va.” J’annonce en me redressant “Pas besoin d’attendre les flics, on a assez perdu de temps comme ça.”

Jun ne me lâche pas. Il fixe le vide, l’air hagard, les cheveux encore collés par le sang. Si je ne sentais pas la chaleur de sa main à travers ma chemise, je pourrais croire à un fantôme. Le genre que je n’ai pas envie d’exorciser.

“Dis-moi qui a fait ça.” Répète-t-il d’une voix étonnamment vive, malgré son expression atone.

“La foudre. Ses muscles sont contractés, ses dents ont même éclaté sous la pression. Il a été foudroyé alors qu’il conduisait. On bouge, Jun. On va être en retard pour que je prenne ma balle dans la tête.”

Je lui tapote sur la main, histoire de lui faire reprendre contact avec le monde des vivants… ou m’assurer qu’il en fait toujours partie.

“Et j’ai besoin de toi pour porter le chapeau, tu te souviens ?”

“Je vais les flinguer. Tous. Tous, putain.”

Il crache sur le bitume, noir, visqueux, toute sa haine, son carburant.

“Tous, t’entends ?”

“Une fois que je leur aurai posé mes questions, si tu veux.”

Jun tourne la tête vers moi, essuie machinalement le sang presque sec qui lui macule le front et me souris, cordial, alors que Nakahira lui couvre les épaules.

“Tu peux me redire ça, Kondo ?”

“Tu flingueras qui tu voudras quand j’aurais mes réponses.”

Je vois - comme une vague - le frisson lui remonter le long du dos et éclater au fond de sa gorge dans une espèce de rire… ou de gémissement. Je n’ai pas envie de savoir.

“Ha… ok, ok, ok. Génial. On fait comme ça, alors, hein… on fait comme ça, petit frère ?”

Il repart, m’échappe. Je lui saisis la tête pour l’obliger à se concentrer.

“On fait comme ça, Jun. Mais J’espère que t’es en état de viser. Parce que c’est un tengu qui nous as attaqués et qu’ils nous loupera probablement pas une seconde fois.”

A SUIVRE…

_____________________________________

Source de l'image : chlip

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2023 by EK. Proudly created with Wix.com

Crédits images bannière : http://www.freepik.com